Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'artiste Marthe Zambo brandit un prix 'le Kunde d'honneur' reçu au Burkina Fasso.

L'artiste Marthe Zambo brandit un prix 'le Kunde d'honneur' reçu au Burkina Fasso.

L'artiste Marthe Zambo présente son Kunde d'honneur reçu au Burkina Faso.
L'artiste Marthe Zambo présente son Kunde d'honneur reçu au Burkina Faso.

L’artiste qui totalise 17 albums produits en 43 années de carrière musicale a participé au rayonnement de la musique africaine sur le toit du monde.

C’est avec un grand sourire que Marthe Zambo nous ouvre les portes de son domicile sis au quartier Nyalla, dans l’arrondissement de Douala 3ème. Le dialogue avec cette icône de la chanson camerounaise se fait dans une ambiance décontractée. La chanteuse est courtoise. Lorsqu’un propos la replonge dans un lointain souvenir, elle le partage en y mêlant émotion et humour. C’est une Marthe Zambo plutôt ouverte, loin des clichés qui la présentent comme une personne difficile ou fermée. Elle est tout simplement discrète et réservée. Elle est de ces artistes qui ne s’expriment pas beaucoup et qui préfèrent laisser les œuvres parler à leur place. Les échos de son travail sont récemment parvenus dans les oreilles des organisateurs de la cérémonie des Kunde, la plus grande manifestation annuelle de la musique au Burkina Faso, qui récompense les artistes musiciens dans différentes catégories.

Du doigt, Marthe Zambo montre le trophée du « Kunde d’honneur » rangé soigneusement dans un coint du salon. Cette autre distinction lui a été décernée le 29 avril 2016 par Bella Sika Kabore, la première dame du Burkina Faso, «pour ses plus grands succès, et sa contribution au développement de la musique africaine en général». « Je suis habituée à recevoir quelque chose quand je traverse la frontière. C’est un bonheur pour moi. Je suis satisfaite. La première dame du Burkina Faso m’a remis ce trophée au milieu d’un spectacle. Elle m’a dit : Bravo ! Koffi Olomidé a aussi reçu un Kunde d’honneur », indique l’artiste, le sourire aux lèvres. Lors du show de circonstance, Marthe Zambo a repris sa célèbre chanson « Avec toi ». C’est ce fameux titre qui la révèle au monde entier.

« Avec toi »

Ce slow écris en français a été repris 11 fois à travers la planète. Quelle est la petite histoire autour de ce Success Story ? Marthe Zambo se réajuste sur son fauteuil, remonte à travers le temps et raconte avec mélancolie la naissance de cette chanson qui la propulse au devant de la scène. C’était en 1979 en France. Marthe Zambo enregistrait son 2ème album, qui porte le même nom, « Avec toi ». « A l’époque, on enregistrait 8 titres. Je n’avais que 7. La veille de mon entrée en studio, Eko Roosevelt, mon arrangeur, me rappelle qu’il en reste un. C’est à 3h du matin que j’ai entendu une petite mélodie. J’ai mis les paroles dessus après, au studio», raconte –t-elle avec nostalgie. L’album est enregistré et la promotion traverse les frontières de la France. Très vite, la chanson « Avec toi » conquiert les cœurs des Camerounais et des millions de mélomanes à travers le monde.

La chanson s’insère facilement dans les cahiers de chants des écoliers. L’artiste reçoit des lettres de fans de tous les pays. Ils lui expriment leur fierté, leur appréciation. Il y a dans le lot, des témoignages. La chanson à l’époque, très sollicitée lors des cérémonies de mariage, a permis de renforcer les liens dans de nombreux couples. Les paroles de ce slow romantique prônent l’amour, la paix, le pardon et la réconciliation. La chanson décroche un disque d’or en France. La célébration du prix se passe aux Champs Elysées. Quelques années plus tard, la chanteuse reçoit une autre distinction à Dijon en France, avec trois autres confrères que sont Manu Dibango, Ali Baba et André Marie Talla. Les récompenses s’enchainent. Mais Marthe Zambo, ce n’est pas seulement la chanson « Avec toi ». L’artiste de variétés compte 17 albums produits au cours de 43 années de carrière musicale.

Le premier disque « Ebele minga » (mon amie) plante le décor. « Avec toi » est le 2ème album. D’autres disques suivent, tout aussi riches les uns que les autres. La chanson « Ma ding Nye » est reprise par une députée chinoise lors d’un évènement organisé par ce pays de « l’empire du milieu » au cinéma Le Wouri à Douala. « Elle avait atterrit à Yaoundé et avait demandé à me voir. Elle a été conduite chez moi à Douala. Elle m’a exprimé son désir d’interpréter ma chanson. Nous avons travaillé ensemble. Mais malheureusement, je n’étais pas au spectacle. Mais des proches qui y ont pris part m’ont dit que c’était bien », se réjouit Marthe Zambo.

Les premiers pas

Pour cette étoile de la musique, l’aventure a débuté à l’âge de 19 ans, dans la ville de Bertoua, à l’Est du Cameroun. En visite chez des proches dans la cité du soleil levant, la petite Marthe rencontre un orchestre en pleine prestation. La jeune fille qui est déjà traversée par la fibre musicale dans son esprit, s’essaie au micro. Elle reprend une chanson d’Uta Bella. Les musiciens sont fascinés. Ils apprécient la voix et la technique de Marthe Zambo. L’orchestre recrute la chanteuse sur le champ. Un Togolais tenancier de deux cabarets à Maroua et Garoua, dans la partie septentrionale du pays, s’attache les services dudit orchestre. Les prestations de Marthe Zambo à Kousséri parviennent jusqu’aux oreilles du président tchadien de l’époque, François Tombalbaye. En 1973, il invite l’orchestre à venir jouer dans son cabaret. L’équipe y passe deux années, puis retourne au Cameroun. Marthe Zambo reste au Tchad et poursuit l’aventure. « Un moment, je voulais rentrée au pays. Je ne sais pas ce qui se passait, mais je ne me sentais pas bien. Dès que je suis retournée au pays, une semaine après, j’apprends que le président a été assassiné », relate Marthe Zambo.

De retour au pays natal, la chanteuse rencontre l’artiste Ekambi Brillant. « Mot’a Muenya » produit le premier 45 Tours de Marthe Zambo. Il est intitulé « Sili mamongo » (Dis bonjour à l’enfant). La jeune artiste se produit désormais au cabaret « La Jungle ». C’est un cabaret Vip situé au cœur du quartier Akwa qui accueille à majorité des occidentaux, des ministres, des hommes d’affaires et des personnes nanties. Eko Roosevelt, de renommée internationale, découvre Marthe Zambo. « Il m’a demandé si je pouvait aller travailler sur un projet avec lui en France. J’ai accepté. Et c’était le départ », se remémore l’auteure de « Avec toi » qui s’est beaucoup inspirée de Anne Marie Nzie, Miriam Makeba et Nana Mouskouri, de regrettée mémoire. En France, elle se performe et excelle dans le chant. Son étoile s’allume, brille et ne s’éteindra plus.

Arts martiaux

Aujourd’hui, Marthe Zambo est âgée d’une soixantaine d’année. Le poids de l’âge n’a pas une grande influence sur l’activité de l’artiste. Sa santé est quelque fois chancelante, mais les sollicitations ne tarissent pas. Le 28 mai 2016, Marthe Zambo était sur une scène à Douala. Samedi le 4 juin, la chanteuse se produit au Palais des Sports de Yaoundé. Et lorsque Marthe Zambo n’est pas sur scène, elle a ses petits plaisirs à elle. La cuisine en premier chef. « En dehors de la musique, je fais ma cuisine. C’est ma mère qui m’a apprise à faire la cuisine. Mes proches apprécient beaucoup les plats que je réalise», confie la chanteuse, née à Ebolowa dans la région du Sud, dans une famille de huit enfants (quatre filles et quatre garçons). Elle a mis au monde deux garçons, Prosper et Georges Guichard.

Une partie de sa vie dont Marthe Zambo n’aime pas évoquer, sa formation en Arts martiaux. « J’ai grandi au milieu des Arts martiaux, avec sept professeurs. J’étais la seule ceinture noire au Cameroun à l’époque, jusqu’à ce que je parte en Europe », se souvient –t-elle. Mais pour cause de maladie, l’artiste est opérée à cinq reprises. Dr Fritz Ntonè Ntonè lui conseille d’arrêter avec les Arts Martiaux. Lorsqu’elle raconte cet épisode de sa vie, Marthe Zambo a le visage plissé. Elle interrompt la conversation sur ce sujet d’un coup. « C’est ma vie privée, on n’entre pas là dedans », tranche –t-elle. Côté musique, on repart avec une bonne nouvelle au moins. Le 18ème album de la « Mama » est déjà prêt, «mais il n’y a pas d’argent pour le faire sortir, parce que les Camerounais n’aiment pas remettre l’argent qu’ils doivent aux artistes », tempête Marthe Zambo. Vous l’aurez compris à demi-mot, l’auteure de « Avec toi » est très amer sur les questions liées à la gestion collective du droit d’auteur au Cameroun.

Mathias Mouendé Ngamo

Partager cet article

Repost 0