Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Douala. Les commerçants ont fermé les boutiques pour protester contre l’instauration des contrats d’exploitation. 

 

Douala--30-mai-2014.-Des-commercants-du-marche-central-ma.jpgLes boutiques du marché central de Douala sont restées fermées toute la journée du vendredi 30 mai 2014. Les commerçants ont abandonné les échoppes pour aller manifester leur ras-le-bol devant les services du gouverneur de la région du Littoral, à Bonanjo. Les grévistes, une centaine environ, ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire l’essentiel de leur revendication : « Non au contrat, oui à nos attributions », « Non au retrait de la boutique après la mort du propriétaire». Les vendeurs s’insurgent ainsi contre l’instauration des contrats d’exploitation des boutiques, nouvellement décidée par le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala (Cud), Fritz Ntonè Ntonè.

Les commerçants ont fermé boutiques vendredi vers 10 h, après la visite du délégué du gouvernement, venu expliquer aux occupants des boutiques qu’ils devront désormais être détenteurs d’une attestation de contrat d’exploitation de cinq ans, renouvelable. « J’ai mon attribution depuis 30 ans et je paie mes quittances régulièrement. Nous sommes contre les contrats d’exploitation. C’est sous présentation d’une attribution qu’on peut vous octroyer du crédit dans une coopérative», s’est indigné Martial Biwang, un vendeur. Les manifestants ont aussi déploré la nouvelle disposition qui voudrait qu’après la mort d’un propriétaire, son épouse ou un proche ne puisse reprendre la gestion de la boutique. Les marchandises de la boutique n°112 du marché central ont ainsi été mises à la rue après le décès de son propriétaire. L’épouse du défunt a été empêchée de reprendre la gestion de l’échoppe, a-t-on appris.

Le délégué du gouvernement justifie ces nouvelles mesures prises au marché central de Douala en affirmant que « certains commerçants considéraient déjà les boutiques comme leur patrimoine familial. Il y a certains d’entre eux qui avaient trois boutiques », a-t-il indiqué.          Les grévistes n’ont pas pu rencontrer le gouverneur de la région du Littoral vendredi pour poser lui exposer leur situation. Joseph Béti Assomo s‘entretenait dans son bureau avec une délégation chinoise. Les représentants des commerçants ont finalement été reçus dans l’après-midi par le préfet du département du Wouri, Paul Naseri Bea. Le préfet a demandé aux commerçants de rouvrir les boutiques. Il a indiqué qu’une réunion se tiendra sur ce sujet et qu’ils seront informés des résolutions qui en découleront ce lundi 02 juin 2014.

Mathias Mouendé Ngamo

 

Partager cet article

Repost 0