Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Douala. L’opération de recensement des sinistrés de l’incendie de vendredi 26 octobre 2012 a débuté lundi 29 octobre 2012 au commissariat central n°1.

Douala-29-octobre-2012.-Une-entree-du-marche-Mboppi-bloqu.jpgLes commerçants du marché Mboppi de Douala n’ont pas ouvert les boutiques lundi 29 octobre 2012. L’espace marchand est fermé depuis samedi 27 octobre, sous ordre du gouverneur de la région du Littoral, suite à l’incendie qui a ravagé une grande partie du bloc 2. Les différentes entrées du marché sont barricadées à l’aide de tables et d’étagères en bois. Un cordon de sécurité est visible aux deux principaux accès de Mboppi, où deux policiers montent la garde. Les commerçants, par petits groupes, ont pris place sur des étals de fortune, et à la véranda des boutiques situées face à la chaussée. Les circonstances et la gestion de l’incendie sont au menu de quelques conversations. « C’est un gros manque à gagner de passer une journée sans vendre. Un commerçant à Mboppi peut réaliser au moins trois millions de recette journalière. Actuellement, nous ne savons même pas quand le marché sera ouvert. C’est dur pour nous», se désole un vendeur.

Une opération de recensement des sinistrés de l’incendie du marché Mboppi a démarré lundi, au commissariat central n°1 de Douala. Les sinistrés en possession de leur pièce d’identité y sont reçus. Les enquêteurs les interrogent sur l’estimation des pertes enregistrées lors du sinistre, leur régime fiscal, leur statut matrimonial, les causes probables du feu, la situation du marché Mboppi, entre autres. Selon une source proche du bureau des commerçants du marché Mboppi, cette opération de recensement en cours est l’une des résolutions arrêtée à une réunion de crise tenue au marché dimanche dernier, en présence du premier adjoint préfectoral. Il y avait été également convenu que l’ouverture du marché interviendra après le nettoyage des couloirs du secteur sinistré, par la société d’Hygiène et de salubrité du Cameroun (Hysacam). « Hysacam a entamé les travaux dimanche. Une panne a été signalée sur deux roues du tracteur. Les travaux se sont arrêtés », relève notre source. Jusqu’à lundi après-midi, les agents de la société de nettoyage n’avaient pas toujours repris du service à Mboppi.

Mathias Mouendé Ngamo

Partager cet article

Repost 0