Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tia Malafa. Le jeune mannequin de 24 ans retenu pour représenter le Cameroun à New-York s’exerce au mannequinat depuis l’âge de quatre ans.

 

Tia-Malafa--mannequin-.pngA son premier véritable casting, Tia Malafa décroche un billet pour New-York. La jeune fille de 24 ans qui a passé à peine cinq mois dans le mannequinat vient d’être retenue pour représenter le Cameroun à la deuxième édition de l’évènement international de mode baptisé Africa fashion week New-York qui se tiendra du 11 au 16 juillet 2012 aux Etats-Unis d’Amériques. Un pays que le mannequin affectionne beaucoup pour la réputation de ses stylistes. « Je sais que je suis un peu nouvelle dans le mannequinat et c’est mon premier défilé à l’étranger. Beaucoup de gens n’ont jamais eu cette occasion qui m’est offerte. Je compte travailler très dure. Je voudrais décrocher des contrats avec des grands stylistes», ambitionne la représentante du Cameroun.

Rêve d’enfant    

Le mannequinat a de tout temps fait partie de la vie de Tia Malafa. Toute petite, la jeune fille s’exerçait déjà en défilant au salon. Sa mère l’accompagne dans sa passion et lui achète une robe de circonstance qu’elle arbore à chacune de ses répétitions. «A 4 ans, lors d’un défilé au salon, j’ai voulu me retourner à un bout de la pièce. J’ai raté le pas et mon œil a pris un coup sur une chaise. Je me suis évanouie », se souvient Tia Malafa. Le mannequin indique qu’elle n’a pour autant pas lâché prise après cet incident.  En 2011, elle s’inscrit à l’élection Miss West africa à Limbé. Elle est éliminée dès le premier tour. Lorsqu’elle entend parler d’un casting de mannequin pour représenter le Cameroun à New-York, elle saute sur l’occasion. Elle est sélectionnée.

Tia Mala  mesure 1m80 pour 62 kg. Elle a des yeux marrons qui marient avec ses cheveux de même couleur. Le mannequin est titulaire d’une Licence en Droit obtenue en 2011 à l’université de Buea. Elle a passé son cycle secondaire au lycée bilingue de la même localité.

Mathias Mouendé Ngamo  

Partager cet article

Repost 0