Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quotidien. L’accès difficile dans cette localité de l’arrondissement de Douala 6ème et les problèmes infrastructurels constituent un véritable calvaire pour les habitants.    

new-1039.JPGLa météo est capricieuse ce samedi matin du mois de juillet. Les fines gouttes de pluie qui arrosent le fleuve Wouri depuis les premières heures de la journée ne sont pas prêtes de s’estomper. Mais les propos du commandant du Bataillon d’intervention rapide (Bir) sont plutôt rassurants. « Vos gilets de sauvetage sont sécurisés. Le corridor aussi est sécurisé. Mais comme on n’est jamais sûr à 100%, si jamais vous tombez à l’eau utilisez votre sifflet. On vous repêchera. En cas d’attaque, nos éléments sont parés pour riposter », indique –t-il. Embarquement à bord du Defender à 9 heures. La chaloupe à moteur de l’armée camerounaise s’éloigne peu à peu de la base navale de Douala. Le cap est mis sur Manoka, dans l’arrondissement de Douala 6ème.

En-route-pour-Manoka--a-bord-du-Defender-jpgDeux militaires du Bir montent la garde à bord. Ils sont postés près des mitraillettes. Il y a de l’eau à perte de vue. La mangrove est aperçue au loin. Le Defender défie les vagues. Clémentine, une passagère, a plongé une main dans le fleuve. « Je veux respirer l’air de la mer », crie –t-elle, tout sourire. Le capitaine aux commandes jette un coup d’œil de temps à autre sur son tableau de bord. On peut y lire la vitesse, la profondeur des eaux, la position Gps et l’itinéraire à suivre. Au bout de douze minutes, le tableau pointe la profondeur des eaux à 8,7 mètres alors que le Defender a atteint les 51km/h. On passe la bouée 25. « Il y a au total trente bouées qui matérialisent l’entrée au Port de Douala. Celles en vert comportent des chiffres pairs. Celles en rouge ont des chiffres impairs », renseigne le capitaine. Le Defender croise quelques pêcheurs à bord de pirogues. Et au bout de 43 minutes de traversée, Manoka (centre administratif) s’offre à nous.   

Une-vue-des-maisons-de-Manoka--Centre-administratif--jpgLe Defender accoste. Sorti de la base du Bir de Manoka, il faut se déplacer sur des pneus de camions soigneusement disposés pour éviter de plonger les pieds dans la boue. Les premières maisons qui poussent ici sont construites en matériaux provisoires. Quelques comptoirs de fortune achalandés sont établis à la devanture de quelques bâtisses. Non loin de la case du chef de famille des ressortissants du Grand Nord, le visiteur aperçoit une installation de panneaux solaires. Au bout de 50 mètres de marche sur la piste principale, les bâtisses ne sont plus visibles. La mangrove s’étend maintenant sur de grandes superficies, de part et d’autre

de la voie. Le bruit du ruissellement des eaux et le sifflement des oiseaux rythment les pas. Des coups de marteau retentissent dans les bois et rompent l’harmonie. « Un homme est entrain de confectionner sa pirogue », renseigne un riverain.

 

La-place-des-fete-de-Manoka--deserte.-copie-1.jpgLa place des fêtes située au lieu-dit Manoka Plateau est déserte. A la brigade construite tout près, un gendarme de garde se tourne les pouces. « Manoka est un coin mort. Il n’y a pas de lumière. Pas d’eau potable. On utilise encore les lampes tempêtes. Je suis de garde aujourd’hui. Mes compagnons sont des oiseaux. C’est en période de classe que les élèves font un peu de bruit lorsqu’ils traversent le chemin pour aller à l’école », se désole l’homme en tenue. En effet, le coin est silencieux. Pas de bruit de moteur de voiture ou de moto. D’ailleurs, il y a juste deux tricycles à Manoka. L’un des véhicules à trois roues utilisés pour transporter les marchandises du rivage vers l’intérieur du « village » appartient à la commune d’arrondissement. Quelques poteaux à panneaux solaires sont plantés par endroits pour éclairer la grande route. Mais les maisons de Manoka baignent dans le noir. Les habitants les plus nantis se sont dotés d’un groupe électrogène. « La mairie a un grand groupe électrogène qui est mis en marche seulement lors des cérémonies officielles », indique un riverain.

 

Le-chantier-de-construction-du-dortoir-des-enseignants-du-l.jpgDeux kilomètres plus loin, le lycée bilingue de Manoka nous accueille. Les élèves sont en congés. Ledit lycée souffre d’un manque d’enseignants, apprend-on. Ceux affectés à Manoka renoncent à s’y rendre. Les élèves affirment que les instituteurs présents sont alors obligés de dispenser plusieurs matières ou d’occuper les élèves des classes qu’ils ne tiennent pas. Il y a en outre un problème de logement du corps enseignant. « Les sept enseignants du lycée dorment dans deux chambres, non loin de la sous-préfecture », relève Pierre Ebanda Makonguè, un habitant de Manoka. Le proviseur du lycée a dû affecter une partie de son domicile à la création de la classe de Terminale. Il y a quelques jours, dans le cadre du programme « 21 Days Of Yello Care », les employés de la société de téléphonie mobile Mtn Cameroon ont offert un dortoir pour les enseignants du lycée bilingue. Les bâtiments sont subdivisés en dix chambres. Une initiative qui, selon les donateurs, vise à encourager les enseignants à ne plus déserter l’établissement scolaire.  

La torche utilisée lors des accouchements

Deux dames allongées sur des bancs en béton discutent à haute voix à l’hôpital de Manoka. Elles s’expriment en Pidgin, un anglais argotique. Elles attendent d’être reçues par l’infirmier de garde. La plus jeune dame dit souffrir de paludisme. Selon Cyrille Edmond Lontsie, l’infirmier en poste, le paludisme est justement le cas de maladie le plus détecté lors des consultations à Manoka (Centre administratif). Les registres de l’hôpital révèlent que sur 100 malades consultés, il y a en moyenne 70  cas de paludisme. Il y a aussi des cas de gastro anthérique qui se manifestent par les diarrhées, les vomissements. L’infirmier de garde note que la malnutrition dans l’île est à l’origine des maladies chez 60% des enfants âgés de 0 à 5 ans à Manoka. Sur cent consultations par mois, en moyenne 35 malades de Vih/Sida sont dépistés, selon les statistiques de l’hôpital.

Des-maisons-de-Manoka-entourees-de-marecages-jpgL’hôpital est ravitaillé en médicaments par le Centre d’approvisionnement en produits pharmaceutiques régional (Cappr), qui approvisionne seulement en médicaments essentiels. Il n’y a pas de pharmacie à Manoka. En cas de transfert urgent de malade, le Bir apporte souvent son aide à la formation sanitaire, apprend-on. Les sept employés de l’hôpital sont chargés de gérer 37 000 sujets de l’aire de santé de Manoka (constituée de plus de 40 campements), dont 7115 à Manoka Centre administratif. Le seul médecin ici présent est à la fois directeur de l’hôpital et chef de district. Le laboratoire de l’hôpital n’est fonctionnel que depuis le mois d’avril. Le travail n’y est pas aisé pour autant. Des accouchements et des opérations se pratiquent à la lumière de la lampe torche. « On a un groupe, mais il consomme 35 000 F. Cfa de carburant en 16h. On active le groupe seulement lors des opérations chirurgicales. Quand le groupe nous lâche, la torche prend le relais », confie Cyrille Edmond Lontsie. Il relève en outre que les portes de l’hôpital restent souvent fermées pendant des jours, lors des campagnes de vaccinations dans les différents campements de l’île de Manoka, où la pêche constitue la principale activité génératrice de revenus.

Le poisson fait vivre

Des-pecheurs-accostent-leur-pirogue-sur-l-ile-de-Manoka.jpg« C’est le poisson qui nous fait vivre ici. Hormis du poisson, il n’y a rien. Aucune société dans les parages, donc pas d’emplois». Josué Biyongo que nous rencontrons sur la plage ce samedi au quartier Kalabar Quater, non loin de la base du Bir, apprête ses filets. Ce natif de Manoka, âgé de 58 ans, pratique l’activité de pêche depuis l’âge de 12 ans. Il a appris le métier auprès d’ainés nigérians, après six ans de formation en dépannage de moteur de pirogues Hors-bord à Cap Cameroun (un des campements de Manoka). Le quinquagénaire indique qu’il y a plus de 100 pêcheurs à Manoka-Centre administratif.

La pêche au filet est la pratique la plus courante. Les pêcheurs gagnent le fleuve selon le mouvement de la montée des eaux. Deux à trois personnes par pirogue, ils quittent le rivage en soirée. Ils reviennent dans la nuit ou au petit matin, avec différents types de poissons dans les barques. On y retrouve des capitaines, des bars, des carpes, des machoirons et des bossus. « Lorsque la pêche est bonne, nous pouvons retourner sur le rivage avec 40 poissons. Pour 30 gros poissons vendus, on peut s’en tirer avec environ 300 000 F. Cfa de recette », affirme Josué Biyondo. Le fruit de la pêche est vendu à Manoka et à Youpwé, un quartier de l’arrondissement de Douala 1er. Les plus jeunes de Manoka trouvent également leur compte dans l’activité de pêche. Ils sont sollicités pour décharger le contenu des pirogues, contre rémunération.

Des-pecheurs-de-l-ile-de-Manoka-appretent-les-filets-jpgIl est bientôt 15 h. La pluie arrose l’île. Les eaux du fleuve Wouri  débordent et gagnent progressivement la terre ferme. « C’est la marée sauvage », renseigne un habitant de Manoka. Il nous apprend que l’histoire raconte que l’île, qui s’appelait Malendè à l’époque, a été découverte par des religieux allemands qui s’y étaient installés. Lors du décès de la « sœur » Monika, sa dépouille a été inhumée non loin de l’actuel emplacement de la brigade. En sa mémoire, les religieux ont baptisé l’île au nom de ‘’Monika’’. « Après le départ des Allemands, les populations ont transformé le nom de l’île en Manoka », relate Josué Biyondo. Aujourd’hui, le coin est peuplé par les ethnies Bakoko, Malimba, Ewondo, des ressortissants du grand Nord et des Nigérians. Autre vestige colonial à Manoka, la prison de Douala Manga Bell. Le vieil édifice trône à l’une des rives de l’île. Les résistants à la pénétration européenne y étaient enfermés, apprend-on.

 

La-prison-des-resistants-a-Manoka.jpgMais l’accès à Manoka demeure la principale difficulté qui coupe cette localité des autres arrondissements de la capitale économique. On y accède par voie maritime. Une grande pirogue Hors bord fait des navettes journalières entre Manoka et Youpwé. La barque peut recevoir jusqu’à 80 passagers. Elle quitte l’île entre 8h30 et 9h en journée. Le départ en soirée est prévu entre 17h30 et 18h, selon la météo. Le voyage dure deux heures. Chaque passager doit débourser la somme de 1000 F. Cfa. Les habitants de Manoka effectuent régulièrement cette traversée pour se ravitailler en vivres au marché de Youpwé ou dans les autres marchés des arrondissements de Douala 1er, 2ème, 3ème 4ème ou 5ème. 

Mathias Mouendé Ngamo, de retour de Manoka

Partager cet article

Repost 0