Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Arouna Aladji. L’immeuble R+1 du petit commerçant, où vivaient dix-sept personnes, a été détruit vendredi 28 mars 2014 au quartier Nkomba à Bonabéri.  

 

Bonaberi--le-28-mars-2014.-Arouna-Aladji--un-deguerpi-du-.jpgArouna Aladji est dans tous ses états ce vendredi 28 mars 2014. Le jeune homme âgé de 37 ans s’active à sauver quelques meubles de sa maison à étage construite non loin de la petite mosquée, au quartier Nkomba, à Bonabéri. Lorsque les gros engins qui ont entamé les démolitions mercredi dernier arrivent à la hauteur de son immeuble R+1, le propriétaire n’a pas encore retiré une partie du mobilier et des tôles. Des fenêtres et des portes métalliques restent encore fixées dans les murs de béton. Tous les occupants sont priés de regagner l’extérieur. Arouna Aladji regarde, impuissant, les murs de sa bâtisse s’effondrer. Le fidèle musulman, visiblement très affligé, a posé les deux genoux par terre. Il lève les mains vers le ciel et cogne la tête au sol. « J’ai fait deux prosternations pour remercier Allah qui m’a donné cette maison et l’a reprise », confie le sinistré.

Arouna Aladji est un boucher. Il indique que cette maison a été construite à hauteur de 25 millions de F. Cfa en 2002, avec des économies amassées au fil de plusieurs années de dur labeur, alors qu’il était encore locataire au lieu-dit Ngodi au quartier Akwa. Avant le déguerpissement, l’immeuble abritait 17 personnes, dont des locataires. Arouna Aladji affirme qu’il était au courant depuis plusieurs années que des casses devaient avoir lieu dans cette zone appartenant à la Magzi. Mais il déplore le fait  que les habitants n’ont pas été prévenus quelques jours avant le début effectif de l’opération. «Les choses sont allées très vite. Ils ont même détruit la mosquée  J’ai un très grand regret. Sept ans de vie qui s’effondrent ainsi. Je remets tout entre les mains d’Allah », se plaint le petit commerçant.

Il y a quelques mois, Arouna Aladji a entamé une construction à Mambanda, un quartier voisin. Il compte aller s’installer dans ce chantier inachevé avec sa petite famille, en espérant que des déguerpissements ne surviendront pas dans cet autre quartier où un projet de construction de route est annoncé dans les prochains jours.

Mathias Mouendé Ngamo

Partager cet article

Repost 0